Appelez-nous: 514-569-4443

Histoire du Piano

Définition
Le piano est un instrument de musique polyphonique (capacité de jouer plusieurs notes à la fois) à clavier et à cordes frappées. Il est donc classé parmi les percussions et les cordes. Le son du piano est produit par la vibration de ses cordes, tendues sur un cadre rigide, au-dessus de la table d’harmonie. Les cordes sont frappées par des marteaux couverts de feutres, actionnés par l’enfoncement des touches du clavier. La vibration des cordes est stoppée par un étouffoir lorsque la touche du clavier est relâchée. Le plus souvent le piano possède un pédalier de deux ou trois pédales (appelé aussi lyre) permettant d’augmenter son potentiel expressif. Son nom provient de l’abréviation de piano-forte encore nommé ainsi dans certains pays.

Les débuts
Bartelomeo Cristofori (1655-1731) est l’inventeur du piano. Il s’intéressa toute sa vie au perfectionnement des instruments de musique. Il travaillait à la cour florentine des Médicis au moment où il fabriqua en 1709 un « gravicembalo col piano e forte » préfigurant les pianos actuels.
Les origines du piano sont en fait assez tardives. Le premier instrument considéré comme « l’ancêtre » du piano est le tympanon : instrument de musique composé de cordes tendues sur une caisse en forme de trapèze et dont on joue en frappant sur les cordes avec deux petits maillets.
Le clavier lui-même n’est apparu qu’au moyen âge : il s’agit en fait d’une adaptation aux instruments à cordes du clavier de l’orgue qui n’est pas l’ancêtre du piano puisque c’est un instrument à vent. Cette « invention » généra deux familles d’instruments différents : d’un côté le clavecin, l’Épinal, l’épinette (cordes pincées) et de l’autre le clavicorde ou manicorde (cordes frappées). A ce stade, le clavicorde peut être considéré comme le véritable ancêtre du piano.
Il avait alors seulement 4 octaves et la couleur des touches étaient l’inverse de celle du piano actuel. Il connut quelques améliorations mais cela ne lui permit pas d’obtenir un grand succès car le son restait faible, sourd et court.

Dans le monde occidental, le piano est devenu, après la guitare, l'instrument le plus répandu dans le grand public. En effet, sa polyphonie et sa tessiture en ont fait l'instrument de base de toute éducation musicale.

Cependant malgrès son succès confirmé, il faut rappeler que ses débuts ont été bien hésitants, et son utilisation quelquefois contestée par les premiers compositeurs qui l’ont découvert. Les pianofortes du XVIIIème siècle, en effet, ne ressemblaient en rien aux pianos d’aujourd’hui. Contrairement à beaucoup d’autres instruments solistes qui avaient déjà acquis leur forme définitive (harpes, violons, guitares, vents, etc.). Les premiers pianos étaient assez « chétifs » et de conceptions assez différentes d’un facteur à l’autre, d’un pays à l’autre. Il fallut attendre la fin du XIXème siècle pour voir se généraliser les principes de fabrication qui sont maintenant les nôtres (cadre métallique, cordes croisées, mécanique à répétition perfectionnée, feutres sur les marteaux, etc.).
L’esthétique sonore s’est ainsi modifiée considérablement en un siècle, et le timbre des instruments d’aujourd’hui est bien différent de celui des pianoforte ou pianos à queue à marteaux de Beethoven, Schubert, Schumann, Liszt ou Chopin.() Sa facture n’a cessé d’évoluer afin de répondre aux besoins de puissance de son et de rapidité d’exécution exprimés par des pianistes de plus en plus virtuoses.

De nos jours.
De nos jours le piano à bien évolué et d’autres types de « pianos » ont vu les jours comme les claviers numériques. Le piano est devenu un instrument traditionnel avec un répertoire vaste : classique, rock, jass, variété… Cependant avec l’arrivée du numérique qui a fait un bon énorme en avant, le piano s’est fait quelque peu devancé (sonotité supérieure à un piano bas de gamme). La bataille entre le classicisme et le modernisme est dors et déjà lancée. Reste à chacun de voir (ou plutôt de ressentir) avec quel type de piano la « connexion » s’établira.